Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 décembre 2006 7 10 /12 /décembre /2006 20:29

A la découverte du Mythique Mont Pagnotte

Chronique d'une ascension en automnale.

 

 

Dès la sortie de Pont Sainte Maxence, l'orgueilleux Mont Pagnotte contemplait l'expédition cafarde dirigée par le toujours jeune Adrien Couac qui tentait cette fois l'ascension en automnale mais sous un soleil glacial. Tous avaient en tête les images triomphantes de l'alpiniste Sri Didier Maharishi.

ICI

L'expédition, 91 participants dont 14 Jeunes Randonneurs pleins d'avenir, confiante, progressait dans sa marche d'approche en forêt sous la houlette de Maître Couac qui conscient de la difficulté de la tâche à accomplir avait pour une fois choisi de partir de la bonne gare.

 

 

Hélas, dès la sortie de Pont, la première difficulté, la redoutée cascade de glace fut fatale à 23 membres de l'expédition, inexorablement engloutis dans la crevasse.

 

 

Le drame fut vite balayé par la nécessité. D'autres menaces pointaient alors que le groupe progressait vaillamment : des flots de boue jaillissaient, exhumant les restes des disparus des précédentes expéditions, ainsi cette chaussure tige basse pointure 41 d'un des membres de la cordée V.Nal

 

Après une manoeuvre habile de contournement du massif, et non sans avoir encore perdu 14 alpinistes affaiblis, Maître Couac rassembla ses fidèles et leur prodigua encouragement et conseils avant l'assaut de l'arête sommitale .

Le Mont Pagnotte, revêtu de ses mousses de cimetières, plus lugubre que jamais, semblait prêt à faire disparaître pour toujours ces audacieux aventuriers.

La cordée pris d'assaut le Mont, avec enthousiasme et solidarité. Certains chutaient et dévalaient les pentes. 18 nouvelles victimes ne purent hélas se relever de cet enfer.

 

 

 

 

Enfin au sommet, Adrien la Couac, rayonnant, partagea avec tous les rescapés le secret de sa forme olympique et de sa sérénité : le MacBrunch.

Malgré un coup de blues de Laureline qui regrettait d'être trop aimée pour ses gâteaux, tous apprécièrent ce moment de grâce post-exploit.


Confiants, les membres de l'expédition se laissèrent aller à une descente effrénée, certains esquissaient même quelques pas de danse dans la joie de la Victoire.

 

Hélas, c'était sans compter avec la boue qui jaillit en vagues avec plus de sauvagerie encore, manquant engloutir le Guide, mais ne ratant pas 9 alpinistes parmi les défaillants.

Vint enfin l'instant de la trop courte pause. Monsieur Couac était venu sans les habituels porteurs de braséros ; pas de feu donc, mais à boire et à manger.


L'éblouissant Jean Marie J'Aime la Paix, alpiniste fameux qui après avoir vaincu cet été le Kilimandjaro était heureux donc de sa belle réussite au Mont Pagnotte et fêtait dignement l'exploit.


Une nouvelle coulée de boue dégagea encore une brouettée de victimes passées mais non identifiées. Monsieur Couac fit dresser une croix et leur rendit un hommage émouvant.



 

La Nature était sans pitié. Un dernier fleuve de boues noires fut fatal à 6 nouvelles victimes qui n'avaient plus la force de danser sur les flots.


C'est alors que Starsky et Hutch déboulèrent au volant de leur Golf vintage et, hélas, causèrent les dernières pertes de l'expédition, 2 malheureux qui n'avaient plus que la force de ramper et étaient invisibles pour les représentants de l'ordre.



Dis donc Hutch, tu crois que le Leclerc de Lanester sera ouvert le 24 décembre ?

Mais Starsky, comment veux tu que je sache ? Tu sais bien que je suis de Maisons Alfort !


Enfin, parvenu à l'autel où le Grand Migol a coutume de sacrifier les fraises Tagada, Adrien et ses héroïques camarades se permirent de donner libre cours à leur bonheur d'avoir eux aussi réussi cette ascension d'un sommet mythique entre tous, le Mont Pagnotte, cruel certes, mais aujourd'hui dominé malgré la perte de 72 de leurs malheureux compagnons.


Maitena Saralegui pour ETB-CEHAHEF-IDF

Photos de Jean Marie J'Aime la Paix et Maitena Saralegui

Partager cet article
Repost0

commentaires